Les super héros français

On pense souvent que les super héros sont une création américaine. Mais ils ont été créé en France. Personnages littéraires tout d’abord, ils ont migré ensuite vers la bande dessinée. Voyons un peu l’histoire des surhommes français, du début du 20éme siècle jusqu’à aujourd’hui.

Le début du 20éme siècle

Tout commence avec Jean de la Hire, écrivain populaire de la première moitiè du siècle précédent. Parmi ses nombreuses œuvres il donne vie en 1911 au Nyctalope considéré par des spécialistes comme Jean Marc Lofficier comme le premier super héros français. Même s’il n’a pas de costume distinctif, ni de véritable identité secrète, il est le premier personnage de la littérature populaire française à bénéficier de super pouvoirs. Léo Saint Clair acquière une capacité à voire dans les ténèbres ainsi qu’un cœur artificiel (qui le rend quasiment immortel) à la suite d’une opération. Il combat de nombreux surhommes criminels et déjoue des conspirations diaboliques au fil de ses 17 aventures.

Mais la littérature populaire de l’époque a su donner vie à d’autres personnages fabuleux : Félifax l’homme tigre, Fascinax, Sar Dubnotal ( un super magicien qui annonce Doctor Strange avec un demi siècle d’avance).

Mais un autre média, le cinéma, va donner naissance à un personnage emblématique : Judex. Ce dernier est un justicier masqué qui tente par tout les moyens d’arrêter les machinations de l’homme qui a ruiné sa famille. Ce personnage va avoir un destin assez exceptionnel. En effet il sera la principale inspiration du Shadow ( et sans le Shadow, il n’y aurait pas eu Batman).

Dans la même veine, Doc Ardan, super scientifique et explorateur (créé par l’écrivain Guy d’Armen qui le mettra notamment en scène dans trois romans) a inspiré Doc Savage à Lester Dent. Et l’œuvre de Dent a elle même été la principale source d’inspiration des Challengers of the Unknown et des Fantastic Four. On le voir les super héros français de cette époque ont véritablement inspiré les personnages américains postérieurs.

Après la seconde guerre mondiale

Dans l’après guerre les choses changent. Le surhomme n’est plus en odeur de sainteté. Les premières bandes dessinées de super héros vont connaître les foudres de la censure. Le cas le plus connu est celui de l’auteur Pierre Mouchot alias Chott, obligé de cesser la parution des aventures de son héros Fantax. Le surhomme est connoté. Non seulement ses aventures sont considérés comme trop violente pour la jeunesse mais la notion même de surhomme pour certains renvoie à certaines idéologies nazies pour les censeurs de l’époque.

Mais cela n’empêchera pas la création de personnages français originaux. Les éditions Lug sont plutôt connues pour leur traduction des comics Marvel. Mais elles ont aussi donné naissance à des dizaines de personnages avec souvent au scénario le propre directeur de la maison d’édition, Marcel Navarro. Ses personnages qui ont pour nom Homicron, Starlock, Jaleb le Télépathe… Mais deux d’entre eux, créé dans les années 70 se sont plus connus (parce que leurs dessinateurs respectifs, Jean Yves Mitton et Ciro Tota ont gagné une certaine reconnaissance dans le milieu de la BD) : Mikros et Photonik. Et ceux ci ont eu la chance d’avoir des aventures en couleur, là où les autres étaient publié en noir et blanc dans des petits formats.

Toujours est il que une partie des personnages de cet univers a bénéficié d’une seconde jeunesse grâce au travail de Jean Marc Lofficier. Il a racheté les droits d’un certain nombre de personnages de ce vieil univers oublié et les a remis au goût du jour. C’est l’univers Hexagon qui fait aujourd’hui l’objet d’une série de BD format comics chez Rivière Blanche. De leur coté les créateurs de Mikros et de Photonic ont continué les aventures de leurs personnages favori sous la bannière d’Organic Comics.

Mais la bande dessinée de super héros c’est aussi l’hommage aux vieux personnages de la littérature populaire. Serge Lehman associé au dessinateur Gess a repris ces anciens héros et leur a donné un traitement post moderne dans sa BD, la Brigade Chimèrique. Mais il a aussi commis Masqué une BD parlant du retour des super héros dans le futur proche.

Et aujourd’hui plusieurs petites structures ont créé des héros bien à elles pour faire vivre le super héros français. Wanga Comics a donné par exemple vie à des personnages comme le Patroulleur ou Pantz. Aelement Comics, eux ont créé Hoplitéa ainsi que la Justice Force. L’auteur Chris Malgrain autopublie les aventures des Formidables. Et ce n’est que quelques exemples des productions d’un petit fandom assez dynamique.

Related Posts

Sixties, Science Fiction and Secret Agents

Sixties, Science Fiction and Secret Agents

Comic Review: Independence Day #1

Comic Review: Independence Day #1

Book Review: Dave Duncan’s Irona 700. (BTW—I’m baaack!)     

Book Review: Dave Duncan’s Irona 700. (BTW—I’m baaack!)     

Leave a Reply